Le cercle, c’est mon geste.
Il délimite, concentre mon tableau.
Il est ma description symbolique de l’Univers, de ce qui est en moi.
C’est autour de lui que se subdivisent mes pensées.
Divisé en deux pôles, il s’insert dans l’espace, représentatif des énergies opposées (Ying-Yang, ciel-terre, bien-mal, etc.)
Tout est en moi, et le reste importe peu.
Le mystère de l’infini (ruban de Moebius) est le passage, le serpent mythologique, qui déborde la pensée.
La couleur est en réserve, elle est dans le trait.
Il y a une couleur intérieure et une autre extérieure.
L’architecture de l’image n’est qu’illusoire; c’est d’elle qu’émane l’ordre poétique.

Dans toute oeuvre, il y a ce qui se lit et ce qui se voit.
C’est la somme de mes sentiments.

Jean Zuber / Septembre 2008

Silence I, huile, bitume sur toile, 150x x210

Silence I, huile, bitume sur toile, 150 x 210

Silence II, 2001, huile, bitume sur toile, 150 x 150

Silence II, 2001, huile, bitume sur toile, 150 x 150

Silence III, 2002, huile, bitume sur toile, 150 x 160

Silence III, 2002, huile, bitume sur toile, 150 x 160

Silence IV, 2002, huile, bitume sur toile, 150 x 160

Silence IV, 2002, huile, bitume sur toile, 150 x 160

Silence V, 2002, huile, bitume sur toile, 150 x 150

Silence V, 2002, huile, bitume sur toile, 150 x 150