Auteur : AnneSol Glr

Je suis le tableau que je regarde…

Laisser un commentaire
Non classé

Je suis le tableau que je regarde. (Des peintures qui sont des actes à part entière) Mes derniers tableaux s’inscrivent dans ce que je nommerais des points de vue, des interrogations auxquelles je tente de donner une réponse formelle. Être en osmose sur différents questionnements philosophiques par l’intermédiaire d’un langage de forme et de l’énergie qui s’en dégage, de symboles, de couleurs parfois violentes, c’est ainsi que je synthétise mes préoccupations des soixante dernières années: […]

Meca-psychic…

Laisser un commentaire
Non classé

Ce sont des peintures qui sont censés décrire un état d’esprit, un moment donné dans notre existence avec ce cheminement lent et mécanique qui nous pousse à des humeurs que l’on ne peut contrôler, avec toutes les contradictions que cela provoque. Des sentiments, des révélations qui ne peuvent se décrire et que seul la peinture permet de soulager. Ces signes nous rapprochent d’un langage universel, d’une sensation de connaissance, mais qui reste toujours du domaine […]

Les mobiliers…

Laisser un commentaire
Non classé

Il importe peu de révolutionner mais il est important de transformer, d’interpréter le monde différemment,diversement. De se préoccuper de ce monde Il y a ce qui se lit et ce qui se voit. L’Art peut apparaître à un moment et disparaître à d’autres. Il faut rester vigilant. Jean Zuber            

Les silences…

Laisser un commentaire
Non classé

Le cercle, c’est mon geste. Il délimite, concentre mon tableau. Il est ma description symbolique de l’Univers, de ce qui est en moi. C’est autour de lui que se subdivisent mes pensées. Divisé en deux pôles, il s’insert dans l’espace, représentatif des énergies opposées (Ying-Yang, ciel-terre, bien-mal, etc.) Tout est en moi, et le reste importe peu. Le mystère de l’infini (ruban de Moebius) est le passage, le serpent mythologique, qui déborde la pensée. La […]

Walden…

Laisser un commentaire
Non classé

Je m’intéresse au roman initiatique de Henri David Thoreau « Walden ». Ce lieu choisit par l’auteur est un étang et l’endroit ou se développera sa pensée. J’y retrouve, toutes proportions gardées, les mêmes motivations qui m’ont poussé à construire mon atelier en plein champ, d’y creuser une mare, d’en faire un endroit de travail et de réflexion. Ce roman est pour moi un concept philosophique premier, un univers ou se conjugue les formes poétiques, les couleurs […]